Prouver l’existence du harcèlement moral au travail pour défendre les lésés

16 janvier 2024

Le harcèlement moral est un fait qui peut concerner tout le monde. En effet, il existe toujours dans les lieux de travail à partir du moment où l’esprit de compétition s’installe. 

Comment se passe le harcèlement moral au travail ?

Le harcèlement moral au travail peut être fait soit par l’employeur, soit par l’employé. C’est un acte volontaire pouvant être traîné en justice pour beaucoup de raisons comme un licenciement abusif, un traitement dénigrant, des sabotages du travail personnel, de profiter ou voler des droits. Mais encore, pour pouvoir intenter quelques actions que ce soit en justice, il faut prouver que c’est un harcèlement moral au travail.

Les preuves de son existence 

Quand la victime est un employé, il est parfois difficile de rassembler les preuves du harcèlement moral au travail qu’elle subit de la part soit de ses collègues, soit de son employeur.  Habituellement, le harcèlement moral au travail a pour objectif de déstabiliser en vue d’un renvoi en poussant la victime à faire des fautes professionnelles. Et cela en répétition jusqu’à épuisement moral et physique de la victime. Le harcèlement moral se traduit généralement par des propos malveillants, des gestes déplacés, des appels ou messages privés dénigrants, de l’humiliation publique auprès de toute la société par rapport à la personne, du saccage du bureau ou de l’espace de travail, de la mise à l’écart du groupe. Pour découvrir d'autres gestes qui traduisent le harcèlement au travail, cliquez ici maintenant.

Pour mettre fin à ce fléau, il faut que la victime puisse apporter les preuves de son harcèlement. Ils pourraient être des communications par écrit ou par messagerie vocale, des documents tels les bulletins de salaire dans le cas où il y a sous exploitation. Tout document pouvant attester l’existence du harcèlement moral au travail est nécessaire. Et pour appuyer la déclaration de la victime, les témoignages des collègues pourraient couronner le tout. 

Que doit faire la victime après rassemblement des preuves

Avant de penser à intenter une action, en justice ou auprès de l’employeur ou à l’inspection du travail, bien s’assurer d’avoir rassembler toutes les preuves de l’acte : messages, message vocale…  Si les persécutions persistent et s’aggravent, par exemple allant d’une simple blague déplacée aux atteintes physiques, il serait temps pour la victime d’approcher son employeur ou le syndicat des employés. Après, contacter les bureaux de l’inspection du travail pour communiquer l’affaire et qui va venir sur les lieux du travail pour faire son investigation. En même temps, commencer à voir un avocat.

Ensuite, préparer un dossier pour porter plainte auprès des autorités compétentes comme le tribunal du travail. Cela va commencer un long processus qui va voir succéder les enquêtes.

Prouver que le harcèlement moral au travail existe bel et bien est quelquefois difficile, car par peur des retombées ou des conséquences sur les lieux ailleurs qu’au travail, les victimes restent souvent discrètes. Alors les auteurs continuent à faire des dégâts personnels partout. Guérir du harcèlement moral au travail prend parfois du temps et nécessite des suivis médicaux pour éviter que la victime tombe dans la dépression ou l’aliénation.