La prépondérance du capital humain sur l'éducation : un nouvel impératif

1 juin 2023

La confusion entre éducation et capital humain persiste dans le débat sur la croissance économique. L'éducation se concentre sur les connaissances théoriques. Par contre, le capital humain représente l'application pratique des compétences. Certaines institutions échouent à transmettre efficacement le capital humain. Cela se traduit par des diplômés maîtrisant les concepts, mais peine à les appliquer dans la réalité.

Exploiter pleinement son capital humain : au-delà de l'éducation traditionnelle

La conscience des compétences est d’une grande importance pour tirer parti du capital humain. Un exemple éloquent est celui d'un diplômé en relations internationales ayant réussi à obtenir un emploi dans le domaine financier. En revanche, ses pairs diplômés en finance avaient du mal à trouver du travail. 

A lire aussi : Louer des mobiliers, une solution parfaite pour vos événements

Ce succès s'explique par sa capacité à exploiter son capital humain. En effet, les étudiants en relations internationales acquièrent des connaissances approfondies dans des domaines tels que les théories obscures. Cependant, ils suivent également des cours optionnels pertinents, tels que l'économie et les statistiques. Ces cours se révèlent précieux dans le secteur financier.

Par ailleurs, le programme d'études encourage les étudiants en relations internationales à analyser l'impact des conflits sur :

En parallèle : Portage salarial : La solution pour les travailleurs indépendants

  • Les marchés mondiaux 
  • La politique intérieure

En revanche, de nombreux diplômés en relations internationales ne cherchent pas d'emploi dans la finance. Ils ne comprennent pas comment leurs compétences acquises pendant leurs études peuvent créer de la valeur dans ce domaine.

Vous pouvez voir le site de l'éditeur, si vous êtes intéressé par les cours en ligne.

L'essence du Capital Humain : un atout majeur pour l'économie

Une étude approfondie menée dans 110 pays a révélé que le capital humain est un facteur encore plus déterminant que le taux d'éducation. Cela concerne une étude sur la performance économique à l'échelle nationale. Selon les chercheurs, le niveau de capital humain est un indicateur plus fiable du développement au lieu du nombre de diplômés.

De plus, la création d'entreprises à forte croissance repose sur un solide capital humain. C’est essentiel pour stimuler l'économie et améliorer le niveau de vie. Ces entreprises sont lancées par des entrepreneurs hautement qualifiés. Ces derniers utilisent leur expertise pour relever de nouveaux défis. 

D’ailleurs, ils ont un impact bien plus significatif par rapport à celles créées par des individus cherchant à échapper à la pauvreté. Ce genre d’individu peut aussi se lancer dans une activité professionnelle. D’après les recherches, les entreprises bénéficiant d'une expertise en gestion ont plus de chances de croître et de survivre.

Afin de s'aligner sur les nations développées, les pays en développement doivent acquérir le savoir-faire approprié. Lorsque Singapour a entrepris sa phase de développement industriel, l'administration de Lee Kuan Yew a pris l'initiative d'envoyer des étudiants en Amérique du Nord et en Europe. Cela vise à bénéficier de l'expertise des grandes universités et des grandes entreprises. L'absence d'expertise empêche les pays en développement de parvenir à une égalité avec leurs homologues plus aisés.

En conclusion, il faut reconnaître l'importance du capital humain dans le débat sur la croissance économique. Au-delà de l'éducation traditionnelle, exploiter pleinement ses compétences pratiques est essentiel pour réussir sur le marché du travail. Le capital humain se révèle être un indicateur plus fiable du développement économique que le simple niveau d'éducation. Les pays en développement doivent donc investir dans le savoir-faire et l'expertise pour atteindre un niveau d'égalité avec les nations développées.